Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Comment se prémunir de la démotivation de ses collaborateurs ?

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
2 314
Evaluer cet article

Les salariés heureux sont deux fois moins malades, six fois moins absents, neuf fois plus loyaux, 31 % plus productifs, 55 % plus créatifs ainsi que le démontrent les études des universités telles que la Harvard Business School, London Business School et Henley Business School ». Ces chiffres sont éloquents. Peut-on, dans un système comme le notre, se passer de rentabilité et de productivité ? Comment faire pour que les salariés se sentent en harmonie avec l’entreprise pour laquelle ils travaillent ? L’argent ne suffit plus, et le salaire ne peut-être la seule contre partie à la mission d’un collaborateur. Les leviers sont ailleurs.

photo : Woman in office showing "I love my job" cardboard

Qu’est ce qu’un salarié heureux ? Les critères ?

D’après une étude menée par le cabinet Deloitte en 2015 , « Pour aller travailler le sourire aux lèvres, les sondés réclament, en tout premier lieu, une reconnaissance de leur travail (citée par 76 % des sondés), un travail intéressant (le contenu du travail est cité par 47 % des salariés), un mode de management motivant (cité par 46 % des sondés) et un meilleur respect de l’équilibre entre la vie professionnelle et vie personnelle (cité par 46 % des personnes interrogées) ».

A ce stade, nous pouvons constater qu’il faut concilier deux exigences :

  • Celle de l’entreprise avec la nécessité de dégager de la rentabilité
  • Celle du salarié qui souhaite de la reconnaissance et de la motivation.

Concilier Exigence et Bienveillance n’est pas impossible, et comme souvent, le fond est important parce que l’on y met les formes.

J’assistais dernièrement à une réunion sous forme d’ateliers dans un organisme de formation. Le thème central était comment intéresser les stagiaires au contenu de la formation et au message véhiculé, tout en prenant en compte les exigences de limitation des coûts. Au cours de ces ateliers nous avons parlé de gaming, micro-learning, vidéo, elearning, carte mentale ou nuage de mots. Comment conserver l’attention optimale des stagiaires pendant une journée entière, et faire qu’ils assimilent au mieux ce que nous avons à leur inculquer.

L’enjeu est le même dans le monde de l’entreprise ; comment conserver la motivation d’un salarié pour qu’il donne le meilleur de lui-même dans l’atteinte des objectifs ?

Certains penseront naturellement au bâton et à la carotte. Jetons le bâton et penchons-nous sur la carotte.

Le salaire n’est plus le levier de motivation le plus important, et il est saisissant de constater que les exigences des salariés rejoignent souvent celles des clients. Le mot « reconnaissance » revient régulièrement, et semble être la principale demande de ces derniers. Il ne faut pas oublier que l’entreprise repose sur un équilibre autour de trois pôles ; l’actionnaire, le salarié et le client. L’arrivée de managers de la génération Y change la donne, et rééquilibre les choses. Nous voilà au cœur du problème que nous avons à traiter : comment limiter le turn-over dans nos entreprises de l’immobilier ?

Adieu le « boss » bonjour le « coach »

Cette nouvelle façon de penser, dictée par les nouvelles générations et les syndromes du mal-être au travail, ne sont pas un retour au collectivisme des années 70, mais bien la prise en compte de besoins humains, dans un souci de productivité et de rentabilité. C’est un deal gagnant-gagnant.

Les initiatives sont nombreuses, et même si l’entreprise libérée fait encore sourire, « l’Agilité » est en marche. Les nouvelles générations considèrent que si une entreprise ne leur offre pas toutes les garanties d’épanouissement, et bien ils en changeront. Comme l’a écrit Héraclite « rien n’est permanent sauf le changement ».

Dans nos agences immobilières, il faut s’attacher à satisfaire des catégories de personnes qui sont très variées, allant du commercial au gestionnaire, en passant par la comptabilité. Les solutions doivent être diverses et adaptées.

Tout d’abord, comment se servir des nouvelles technologies pour apporter plus de conforts à ces différentes personnes ? C’est une adaptation technique qui implique de revoir complétement la chaine d’interventions de ces personnes.

Les différentes innovations managériales 

En matière d’innovation managériale il est souvent fait référence à l’Agilité. Qu’est-ce qu’une entreprise Libérée ou plutôt Libérante (Isaac GETZ et Brian CARNEY) ? Il y a beaucoup de fantasmes autour de ce terme, notamment parce que certains imaginent que sous ce vocabulaire se cache une forme d’anarchie et de laisser aller. Il n’est est rien ; c’est même tout le contraire : il s’agit d’autonomiser pour plus de rigueur. En abandonnant un système pyramidale directif au profit d’une organisation plus horizontale, on cherche à responsabiliser les personnes. C’est-à-dire définir une mission avec cette personne, co-construire un projet ou déterminer un objectif commun. Il ne s’agit pas d’imposer mais de se mettre d’accord sur quoi faire et comment le faire. Par exemple, un commercial dans l’immobilier qui se voit imposer un régime salarial, des heures de présence ou un objectif irréalisable, n’est pas dans les meilleures dispositions pour réussir. Si au contraire, après un entretien, on co-définit un statut et un objectif et que la personne a carte blanche et une totale liberté, on est dans la philosophie du commercial.

A partir de ce moment, on est dans un rapport gagnant-gagnant. Je t’apporte formation, outils et process, en contrepartie de quoi tu développes ton chiffre d’affaires. Peu importe tes heures de travail ou de présence, ce qui importe c’est la réalisation de ton projet et du but que nous nous sommes fixés ensemble. Encore une fois le parallèle avec le besoin des clients, vendeurs et acquéreurs, est saisissant ; qu’est-ce que notre travail sinon de permettre à un client de réaliser son projet ?

Ceci n’est qu’une forme d’Agilité, vous entendrez peut-être parler d’Holacratie, de Lean management ou de Scrum. Ce sont des processus qui ont pour but de redonner confiance, d’autonomiser et de donner du sens à la mission de chacun dans l’entreprise. Le changement d’organisation et le rôle des individus est profondément modifié par ce nouveau système de pensée. Il y a des étapes à respecter aussi bien dans la transformation de l’entreprise, que dans la mise en œuvre au quotidien. Les agences immobilières sont des terrains adaptés à ce genre d’innovation. Alors osons…

 

A lire également

Christophe Voiret

- Créateur de valeur
- Facilitateur d'intégration des nouvelles technologies
- Formateur-coach

Depuis une vingtaine d'années dans l'immobilier, j'ai eu l'occasion d'exercer comme agent commercial, Directeur d'Agence, Agent Immobilier porteur de la carte T et G puis plus récemment dans des grands groupes comme Manager Opérationnel.

J'ai décidé il y a six mois d'arrêter de courir pour redonner du sens à mon activité. Sommes nous en crise ou en mutation ? Qu'est ce que la disruption ? Les nouvelles technologies pourquoi faire ? Comment les intégrer pour créer plus de valeur ?

06 81 88 25 90

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne