TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Copropriété et accès des forces de l’ordre aux parties communes des immeubles : le Conseil constitutionnel a tranché

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
323
Evaluer cet article

L’accès des forces de l’ordre aux parties communes des immeubles est un sujet bien connu des administrateurs de biens. Interrogé sur la constitutionnalité de ce droit d’accès, le Conseil constitutionnel est venue la confirmer dans le cadre des missions d’urgence et de protection des personnes et des biens.

police droit d'accès immeuble

La loi n° 2021-1520 du 25 novembre 2021 est venue modifier la rédaction de l’article L. 272-1 du Code de la sécurité intérieure qui dispose désormais à cet égard que : « Les propriétaires ou les exploitants d’immeubles à usage d’habitation ou leurs représentants s’assurent que les services de police et de gendarmerie nationales ainsi que les services d’incendie et de secours sont en mesure d’accéder aux parties communes de ces immeubles aux fins d’intervention ». 

Le Conseil constitutionnel a été amené à se prononcer sur la conformité de cette rédaction aux normes constitutionnelles. Saisi le 14 juin 2023 par la Cour de cassation d’une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil constitutionnel a rendu sa décision le 14 septembre, publiée au Journal officiel le 15. 

Le demandeur s’inquiétait de ce que ce nouveau texte reconnaisse aux forces de l’ordre un droit d’accès permanent aux parties communes des immeubles d’habitation alors que, selon lui, il s’agit de lieux privés susceptibles de constituer une partie d’un domicile. Au surplus ce droit d’accès pourrait s’exercer dans le cadre d’une enquête préliminaire sans être soumis au contrôle effectif d’un magistrat. Il critiquait enfin l’imprécision de la notion d’« intervention » et l’absence d’encadrement des conditions dans lesquelles les propriétaires sont tenus d’assurer cet accès aux parties communes. Ces dispositions méconnaîtraient dès lors le droit au respect de la vie privée ainsi que le droit de propriété.

Rejetant cette interprétation, le Conseil constitutionnel a confirmé la constitutionnalité du dispositif, sous une seule réserve d’interprétation. 

Un droit d’accès autorisé pour prévention des atteintes à l’ordre public et recherche des auteurs d’infractions

Il a d’abord rappelé que l’autorisation ainsi accordée aux forces de l’ordre dans le cadre de leurs missions d’urgence et de protection des personnes et des biens était conforme aux objectifs de valeur constitutionnelle de prévention des atteintes à l’ordre public et de recherche des auteurs d’infractions. Par une réserve d’interprétation, le Conseil constitutionnel souligne cependant que ces nouvelles dispositions n’ont pas pour objet et ne sauraient avoir pour effet de leur permettre d’accéder à ces lieux pour d’autres fins que la réalisation des seuls actes que la loi les autorise à accomplir pour l’exercice de leurs missions. Il précise à cet égard que, dans le cadre d’une enquête préliminaire, les garanties du Code de procédure pénale trouvent à s’appliquer. Enfin il note, sur le fondement de l’article 3 de la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis que les dispositions contestées permettent aux forces de l’ordre d’accéder aux parties communes, lesquelles  ne sont pas susceptibles de constituer un domicile.

De l’ensemble de ces motifs, le Conseil constitutionnel a déduit, que, sous la réserve d’interprétation qui a été énoncée et compte tenu de la nature des lieux auxquels les forces de l’ordre peuvent accéder, les dispositions contestées ne portent pas une atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée. Sous cette réserve, il les a jugé conformes à la Constitution.


Auteurs :

Virgine LACHAUT-DANA
Avocate associée –  Cabinet VLD Avocats

 

 

Benoit FLEURY
Avocat senior, Counsel

 

 


À lire aussi : Loi du 27 juillet : un rééquilibrage entre les droits des bailleurs et les droits des locataires ?

Virginie Lachaut-Dana

Après s’être formée au sein du Conseil d’Etat et de départements immobiliers de cabinets internationaux, Virginie Lachaut-Dana a fondé le cabinet VLD avocats, un cabinet de niche spécialisé en droit immobilier public et privé (montage d’opérations complexes).
Elle est également auteur du guide pratique « Permis de construire et
autorisations d’urbanisme », aux éditions Le Moniteur.
Maitre Lachaut-Dana est membre du barreau de Paris depuis 2008, elle intervient en conseil comme en contentieux ;
● En droit immobilier public et privé auprès de promoteurs, foncières, AMO syndic,
● Sur le volet public, essentiellement en droit de l’urbanisme et l’aménagement.
● Sur le volet privé en droit de la copropriété/des ASL, droit du voisinage et montage d’opérations complexes.
Contact : 01 85 09 69 35 / virginie.lachaut.dana@vld-avocats.com

A lire également
Attik images
Du même auteur
Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne Abonnez-vous
Découvrez nos formules d'abonnement