Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« La durée de vie limitée du béton », Dominique Boussuge, Pathologiste – Expert

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
5 589
Evaluer cet article

Beaucoup de bâtiments d’après-guerre ont entamé un processus de désagrégation. Un phénomène naturel lié à la composition du béton.

photo : DUREE DE VIE DU BETON

Toutes les vérités  sont-elles bonnes à dire ? Toutes les constructions ne sont pas éternelles. Et pour cause : tous les immeubles ne se valent pas ! Si, au début du XXe siècle, on a pensé que les structures en béton armé dureraient très longtemps, peut-être un millénaire, en  réalité, il n’en est rien. Le béton a une durée de vie limitée. On estime que la durée de vie des immeubles résidentiels construits en béton  est de soixante-dix à cent ans.

Cette vérité, les agents immobiliers doivent donc la connaître. Car, d’une manière ou d’une autre, vous serez confronté au phénomène du  béton qui se désagrège : toutes les constructions lancées après-guerre, pour répondre aux besoins en logements et qui ont engendré le  développement de la préfabrication du béton, arrivent aujourd’hui en fin de vie… Et, déjà, les effondrements de balcons, de ponts ou  simplement  de bâtis défrayent régulièrement la chronique… Alors, qu’est-ce qui pose problème avec le béton ?

La carbonatation un processus naturel

Le béton est confronté à un phénomène que l’on appelle la carbonatation, c’est tout simplement le processus naturel de vieillissement. Le  béton devient une sorte de « gruyère ». Et évidemment, la pollution accélère ce phénomène… Il ne s’agit donc pas d’un «cancer du béton»,
comme cela a été souvent évoqué, mais bien d’une évolution tout ce qu’il y a de plus normale, consécutive à une suite de réactions et  d’équilibres chimiques. Après cinquante ans, l’ouvrage entame le début de sa fin de vie. La carbonatation influe évidemment sur la  résistance et la durée de vie d’une structure en béton. C’est une pathologie qui la dégrade et qui conduit l’ouvrage à son instabilité. Elle est  notamment responsable de la mise à nu des armatures en acier. L’humidité relative de l’air joue un rôle important sur la vitesse de  carbonatation.

Avec sa composition faite de ciment et de ses constituants comme le sable, le gravier et l’eau, tout béton est susceptible de se « carbonater»  après cinquante ans environ. On peut détecter des signes de carbonatation sur la surface du béton de la structure comme les épaufrures ou les éclatements de béton. Ce phénomène peut entraîner l’effondrement de l’ouvrage qui ne possède plus alors aucune  résistance.

Un matériau naturellement poreux

Le béton comporte des pores et des vides. Ces pores sont déterminants pour la résistance et la durabilité du béton. La porosité est la  conséquence naturelle de la quantité d’eau mise en plus de celle nécessaire à l’hydratation et des vides éventuels présents dans les  granulats. Lorsque le béton manque de densité, il souffre des aléas du temps. Il devient poreux, voire friable, et se désagrège. Moins  résistant qu’autrefois, il se fissure et fragilise la structure Et en plus, avec les agressions chimiques et bactériologiques, le béton a une  porosité accélérée au bout de vingt-cinq ans.

Rupture des fers en cas d’incendie

Lors d’un incendie, la température atteint les 1 000° C en surface des matériaux. Le béton présente une excellente réaction au feu. Ininflammable et incombustible, il ne brûle pas et ne se consume pas. Il ne fond pas et ne dégage pas de fumées. Les armatures d’une  dalle en béton armé n’atteignent qu’au bout de deux heures leur température critique de 500°C à une profondeur de 3,5 cm d’enrobage.  Ce qui pose problème ? Les fers, eux, fondent ! Sans rupture de ces aciers, les bétons restent armés, ce qui diminue le risque  d’effondrement des bâtis.

Malgré ce bon comportement face à un incendie, les performances du matériau peuvent être plus ou moins affectées en fonction de :

  • la température maximale atteinte,
  • la durée de l’incendie,
  • la composition du matériau et sa microstructure (porosité, rapport eau/ciment, nature du liant, air entraîné, voire nature des granulats).

L’épaisseur dégradée peut varier de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Deux types de désordres peuvent généralement apparaître : la chute de la résistance mécanique et l’écaillage de surface. Après un incendie, il convient de réaliser un diagnostic sur site  combiné à des analyses en laboratoires.

Les principales dégradations du béton

Si le béton est un formidable matériau de construction, soumis à l’érosion et à l’usure, il peut être amené à s’altérer sous l’effet de  dégradations des armatures et de réparations inappropriées. Les dégradations sont :

  • d’ordre mécanique, à la suite de chocs, de vibration, d’affaissement géotechnique… Ces dégâts se traduisent souvent par l’apparition de fissures ou d’éclats qu’il convient de repérer et d’identifier ;
  • d’ordre chimique (sels de déneigement, lorsque le matériau est exposé à des environnements agressifs industrie, carbonatation, etc.) ou biologique (épuration des eaux). Parfois, la dégradation chimique peut résulter d’une inadéquation de la composition  (réaction alcali-granulat…) ;

Identifier l’état du béton

Un béton qui s’effrite, des fissures structurelles et des traces de rouille sur des immeubles construits il y a soixante-dix ans doivent vous  alerter. Pour se faire une idée sur l’état du matériau, il faut :

  • verser de l’eau sur la surface du béton : si celle-ci ne devient pas humide immédiatement, donc que le béton ne se teinte pas, c’est qu’il  a une bonne résistance, qu’il n’est pas poreux ni carbonaté ;
  • gratter la surface du béton avec un outil métallique pour vérifier la solidité des agrégats. Si le béton est carbonaté, il sera friable en  surface, il se désagrègera facilement, même s’il compte peu de fissures.

Un diagnostic structure devrait fi gurer parmi les diagnostics obligatoires. Il est urgent d’agir car de plus en plus d’immeubles construits  après-guerre vont montrer peu à peu des signes de fatigue… bat

Dominique Boussuge

PATHOLOGISTE - EXPERT TECHNIQUE & SCIENTIFIQUE OUVRAGES BÂTIS & OUVRAGES D’ART - PROTECTION & SAUVEGARDE DU PATRIMOINE MONDIAL - EXPERT INTERNATIONAL - CONFERENCIERE - FORMATRICE - PROFESSEURE AFFILIEE EN ECOLE SUPERIEURE

Depuis 1990, Dominique parcours le monde à la sauvegarde du patrimoine, elle exerce la fonction d’Expert technique et scientifique en Ouvrages Bâtis et Ouvrages d'Art et de Pathologiste national et international
Depuis l'an 2000, elle forme, partout en France et à travers le monde, des professionnels de l'immobilier et du bâtiment issus de tous horizons (Ministères étrangers, Ingénieurs structures, Agents immobiliers, Experts immobiliers, Banques, Promoteurs, ...) pour ses connaissances en Pathologie des ouvrages bâtis et ouvrages d'Art.et référencée Datadock.
Elle est professeure en école supérieure de l'immobilier et intervenante dans diverses Facultés en France comme à l'international pour les formations diplômantes.
Dominique est Membre du Jury à l'Université de Paris Panthéon- Sorbonne en Master 2 Ethires, pour la philosophie appliquée en entreprise, en responsabilité sociale et environnementale.

Elle a innové dans la formation en mettant en oeuvre les OUTSIDE TRAINING, afin d’optimiser les formations en pathologies des ouvrages bâtis, elle propose une innovation. Ces formations sont dispensées, au travers de visite en extérieure, sur des bâtis sélectionnés par les stagiaires ou au détour de ruelles empruntées.
Elle a souhaité traversé les frontières des murs pour vivre la formation différemment.

Elle effectue en France comme à l'International? toutes missions d’Audit, d'Expertises, d'Etudes, de Conseils ou de Formations pour : Les Etats et Ministères étrangers, Les offices publics, Le Patrimoine National, Les Maîtres d'Ouvrages (missions d’A.M.O.), Bureaux d'Etudes, Entreprises, Gestionnaires de patrimoines bâtis, particuliers, Université, Organismes d’Enseignements supérieurs ou de Formations, et tous les acteurs de l'Immobilier.

contact@lesexpertsvauban.org
06.23.69.61.65

PUBLICATIONS D'OUVRAGES:
Pathologies des ouvrages bâtis niveau 1,
Pathologies des ouvrages bâtis niveau 2,
Pathologies dans les copropriétés
Pathologies des ouvrages d'Art

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne