TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« HCSF et investissement locatif : noces illusoires », Bruno Rouleau Président de l’APIC et porte-parole d’IN&FI Crédits

Publié le
Publié le
Réagir 1 réaction
6 325
Evaluer cet article

L’application stricte des règles du HCSF va rendre l’accès au crédit très compliqué pour l’investissement locatif.

photo : hcsf et investissement

Si 2021 marque un millésime exceptionnel pour le marché de la transaction immobilière, les autorités de régulation du marché bancaire  durcissent les règles de distribution du crédit immobilier, à travers un renforcement des contraintes décidées par le Haut Conseil de  Stabilité Financière (HCSF). Le motif invoqué ? La protection des ménages et la surveillance de leur endettement. Si cette approche pour l’accession à la résidence principale rencontre un écho limité d’un point de vue prudentiel, elle reste incompréhensible pour l’investissement locatif. Les critères ne font aucun cas de la notion de reste à vivre essentielle dans la solvabilité des emprunteurs, ils ne  tiennent ni compte de la particularité des revenus fonciers, ni de la situation patrimoniale des investisseurs. Dans un marché du neuf déjà  compliqué, ces restrictions donnent alors un coup de poignard supplémentaire à la demande.

Des règles qui gênent le crédit

Outre le durcissement des normes pour l’endettement des emprunteurs, le régulateur a précisé quelques règles sur le calcul de  l’endettement en janvier 2021, faisant notamment état de l’obligation de prise en compte de l’intégralité des revenus et des charges. Concrètement, cela signifie la disparition du principe de calcul par différentiel. Jusqu’ici, certaines banques n’appliquaient encore que la  différence entre les loyers encaissés avec la charge d’emprunt correspondant, et affectaient le solde obtenu soit en déduction des revenus, soit en augmentation des charges. Mais en leur demandant d’abandonner cette règle de calcul, on va faire peser l’intégralité de la charge  d’emprunt sur le poids des charges, risquant d’alourdir les taux d’endettement dans le même temps.

Un autre élément d’importance est que les encours d’emprunt existants sont repris selon les nouvelles règles de calcul dès présentation  d’un nouveau projet. Autant dire que les multi-investisseurs qui misaient sur l’effet de levier des bonnes opérations précédentes sont  attrapés par les nouvelles règles.

Dernière précision du HCSF : la comptabilisation des charges d’assurance de prêt dans le calcul de l’endettement. Si cette pratique était  déjà en vigueur dans une majorité d’établissements bancaires, ceux-ci l’appliquaient strictement pour la résidence principale, et de façon  parfois allégée dans le cadre des emprunts sur du locatif.

Un effet négatif sur les emprunteurs

Intéressons-nous maintenant aux effets de ces décisions. S’agissant de l’appétence des investisseurs privés, le durcissement des  conditions d’accès au crédit est un frein immédiat. Les courtiers en crédit — sollicités par les primo-accédants — ont déjà constaté  depuis début 2021 une baisse de 50 % des dossiers traités et aboutis pour cette part de leur activité (source : APIC octobre 2021).

Si l’attente de nouvelles rassurantes des constructeurs et promoteurs quant au devenir des dispositifs de défiscalisation a trouvé  un  embryon de réponse dans les annonces du ministère du Logement pour le « Pinel », les tergiversations du début d’année ont pesé sur  les sorties de programmes et les décisions des détenteurs de foncier. À cela s’ajoute la réserve des collectivités territoriales quant à  l’urbanisation de leur territoire, la gestion tendue des budgets municipaux, la tension sur les approvisionnements et sur les prix des  matériaux du bâtiment.

Enfin, reste que l’investissement locatif est piloté par la confiance ; dans la pertinence ou l’opportunité de l’investissement, dans la  sécurité des revenus, la constitution du patrimoine, et dans la stratégie d’investissement plus globalement. C’est là que se télescopent  d’une part, les conditions favorables du crédit et le besoin de logements, et d’autre part, des propos multiples visant à alourdir la fiscalité du logement, à réduire les avantages fiscaux et à serrer les règles d’accès au crédit. La moindre épine supplémentaire peut donc  suffire à crisper les intentions des investisseurs.

S’agissant des demandes de leur clientèle, les banques ont dû s’accommoder des nouvelles règles d’octroi et ont réaménagé leurs calculs pour l’analyse du risque emprunteur. Certaines ont assoupli la quotité retenue pour les revenus locatifs ; au lieu d’une pondération à 70  ou 80 % des loyers encaissés, elles ont décidé de prendre en compte la totalité des revenus. Si ces mesures sont de nature à faciliter  l’obtention des prêts, elles n’en mettent pas moins l’emprunteur face à ses responsabilités. Il faudra donc être vigilant ou prendre toutes  les garanties utiles. Ce qui aura forcément une répercussion sur les charges.

Des accommodements possibles

Heureusement, certains motifs de quiétude persistent. D’abord, le besoin de logements demeure important et c’est une priorité pour les  ménages. Sur le plan technique dans l’obtention des crédits, les précisions apportées par le HCSF laissent peu de liberté aux prêteurs et  investisseurs, mais leur portée est floue. En effet, le HCSF fait référence à la protection des ménages et au Code de la consommation, et  édicte en même temps ses règles à propos des logements résidentiels. Cela pose le sujet des personnes morales investisseurs : une SCI  par exemple, est une personne morale échappant au champ d’application. Mais comme les normes portent sur le logement résidentiel, on peut logiquement interpréter l’inclusion de cette donnée dans le champ d’application. Dès lors, la décision appartiendra à la banque.

Parions enfin sur la raison face à la réalité du marché :  à terme, le besoin insatisfait de logements ne pourra plus supporter cet  encadrement du crédit. Le bien-fondé de ce dernier pourrait bien voler en éclat, selon le résultat des élections ou en cas de surchauffe  sociale.

 

 

Ne manquez pas aussi
A lire également

Bruno Rouleau

Bruno ROULEAU Porte parole d'In&Fi Crédits et Président de l'APIC . Diplômé du CNAM dans le domaine bancaire, il a exercé durant 20 ans au sein de 4 groupes bancaires, où il a occupé toutes les fonctions opérationnelles sur les marchés du Particulier, du Professionnel et des PME. Il a ensuite rejoint l’enseigne de courtage en crédits In&Fi Crédits pendant 5 ans, avec la fonction de Directeur Associé, en charge de la Formation, de l’Assistance et des Partenariats, et a créé In&Fi Crédits Pro et l’IFIB (Institut de Formation des Intermédiaires de Banque) aux côtés de Pascal BEUVELET. En 2010, il rejoint le Comité de Direction Générale, puis le Comité Exécutif de CAFPI, en charge des Grands Accords commerciaux du groupe et de l’Organisation Interne. Il a créé MUTANS CONSULTANTS en septembre 2015, cabinet de formation et de conseil qui accompagne les entreprises et les réseaux dans leur virage digital, et notamment pour optimiser leur mutation dans la gestion de la Relation Client.

Locagestion

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par Defaced, il y a 8 mois

    Merci pour cet article intéressant sur l’énormité déjà annoncée depuis plusieurs mois par ces recommandations de l’hcsf.
    entre la réforme du DPE, les limitations sur les loyers, la fiscalité (taxe foncière), les lois trop permissives sur les mauvais locataires (même si c’est une extrême minorité, retrouver son bien détruit n’est jamais une sinécure) on démotive beaucoup de gens comme moi qui font bailleurs privés dans le social . On se retrouve finalement à ne plus pouvoir emprunter pour compenser les manques de l’état. L’avenir va être morose pour la classe sociale défavorisée.
    De mon côté, je vais me tourner vers d’autres investissements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne