TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Paroles d’agent : « Selon moi, ce métier est facile dès l’instant où l’on est convaincu par ce que l’on vend », Margaux Thiery

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
2 756
Evaluer cet article

Romain Cartier a réalisé pour le Journal de L’Agence une série d’entretiens avec des agents immobiliers au parcours couronné de succès. Rencontre avec Margaux Thiery, directrice des ventes du secteur 3 Vallées au sein du réseau Cimalpes, pour ce premier opus.

ROMAIN CARTIER MARGAUX THIERY

Romain Cartier : Bonjour Margaux, est-ce que tu peux te présenter ?

Margaux Thiery : J’ai 32 ans et j’ai intégré Cimalpes il y a 4 ans. Depuis juillet dernier, une nouvelle mission m’a été confiée afin de déployer l’activité du réseau d’un point de vue transactions, locations et management dans la vallée des Belleville au sein des 3 vallées, un domaine mondialement connu et vallée dans laquelle Cimalpes n’était encore pas implanté. Très rapidement et compte tenu de la bonne réputation du réseau dans les 3 Vallées, cela a très bien fonctionné. L’équipe s’est déployée et nous sommes maintenant 11 personnes réparties sur deux agences ouvertes à Saint-Martin-de-Belleville et à Val Thorens dédiées aux activités de transaction, management et location. Très rapidement et compte tenu de la place que prend Cimalpes dans les Alpes, avec à présent 17 destinations, la direction a souhaité créer des nouveaux postes de Team Leader sur lesquels la direction souhaite s’appuyer afin de manager des équipes. C’est la raison pour laquelle je manage désormais l’équipe 3 Vallées transactions sur les vallées de Courchevel, Méribel et les Belleville.

Combien de personnes sont actuellement sous ton aile ?

En toute honnêteté, j’ai arrêté de compter, mais cela représente plusieurs agences : 1850 Moriond, 1500 Le Praz, Méribel, Méribel Village, Les Ménuires, Saint-Martin-de-Belleville et Val Thorens. Avec à chaque fois au minimum un négociateur, une assistante et deux alternants. Donc cela doit représenter pas loin d’une trentaine de collaborateurs.

Quand on a seulement 32 ans, que l’on est une jeune maman et que l’on a une activité aussi importante, est-il facile de lier tout cela ?

J’ai eu une discussion pas plus tard qu’hier soir avec ma maman car cela suppose en effet une très grande organisation, une très grande disponibilité aux heures où l’on doit être disponible pour un bébé, et surtout un travail à 200 % lorsque l’on est justement déployé sur le terrain avec des équipes qui vous sollicitent énormément. Et cela d’autant plus avec les missions et la dynamique que l’on connaît au sein de Cimalpes. En fait le secret, c’est d’être organisé, motivé et en forme le matin quand on se lève.

Avant que tu ne sois team leader, tu faisais partie des négociateurs de l’agence Cimalpes et tu étais déjà parmi les élites puisque tu réalisais un très joli chiffre d’affaires. Aujourd’hui, si tu devais présenter ce métier à des collaborateurs qui ont envie de s’investir, quels seraient tes conseils pour quelqu’un qui ne connait pas le milieu de la transaction ?

Selon moi, ce métier est facile dès l’instant où l’on est convaincu par ce que l’on vend. Je suis née dans les 3 Vallées, je vis dans les 3 Vallées, j’en suis repartie mais j’y suis revenue pour certaines choses. Et ce sont ces choses-là que j’essaye de faire transpirer, en tout cas de mettre en valeur auprès de mes clients. Je pense donc être assez naturelle et surtout honnête dans mon discours. L’honnêteté, l’humain, la disponibilité lorsque le client a besoin de conseils, l’écoute sont autant de valeurs à avoir dans ce métier.

Cet ancrage territorial et cette culture du marché local dans lequel tu es née est-elle pour toi aujourd’hui une vraie force commerciale face à un client ?

En tout cas, je ne dis pas que c’est un prérequis obligatoire parce que l’on a au sein de nos équipes des gens qui ne sont pas issus du milieu montagnard en l’occurrence. Donc évidemment, nous réalisons une étude de la personnalité, mais moi je considère à l’heure actuelle que c’est ma force. Je suis en mesure de parler des 3 Vallées, des 3 métiers. Je suis capable de les emmener skier, de leur parler des sommets, de notre écosystème et de lier ma connaissance juridique du marché de l’immobilier à cette connaissance du milieu montagnard pour lequel je suis passionnée.

Les valeurs dont tu parles, c’est vraiment ce qui fait votre différence ? En tant que client, face à ce marché que je ne connais pas bien mais dans lequel j’ai envie d’investir, pourquoi j’irai voir les équipes de Margaux et en quoi vais-je avoir un accompagnement idéal ?

Au sein de Cimalpes, nos clients bénéficient de beaucoup de bienveillance et d’un déploiement d’outils qui sont quand même assez conséquents. Je pense que nos équipes sont eux-mêmes dans de bonnes dispositions pour avoir toujours une oreille attentive, être à l’écoute, et faire preuve de disponibilité. Même si l’on s’entend très bien avec nos confrères, je pense que cela fait la différence face à la concurrence.

Dernière chose Margaux, on entend aujourd’hui beaucoup parler du marché immobilier. Certains pensent qu’il faut poursuivre ses projets, quand d’autres sont dans l’attentisme. Quelles sont de ton côté tes prévisions en tant que professionnel pour 2023 ?

Alors effectivement, la conjoncture nous faire dire que les clients vont attendre de percevoir davantage de signes positifs, bancaires… Maintenant nous sommes sur un marché résilient, ce sont les Alpes Françaises, et l’on sait très bien que dans 15 ans nos montagnes seront encore là et surtout on s’y sentira encore bien.

C’est l’achat refuge comme on dit ?

C’est la valeur bien-être car nous avons aussi une clientèle qui ne skie pas et qui vient en famille et entre amis pour se ressourcer et se retrouver. Mais surtout, j’ai beau vivre ici depuis 32 ans, je ne me lasse pas chaque hiver de redécouvrir les sommets enneigés. Et donc du coup, nos clients achètent du rêve.

« S’il fallait vendre la montagne je crois que tu nous l’as bien vendue Margaux. Quand j’entends tout cela, je comprends pourquoi tu fonctionnes aussi bien. Tu es avant tout quelqu’un de passionné, tu aimes ton métier et cela s’entend. Merci Margaux d’avoir été ma première invitée pour ce numéro sur ces performers et ces jeunes femmes qui mettent tout en œuvre pour faire en sorte que l’immobilier devienne accessible, et avec une autre image », conclut Romain Cartier.

 

 

 

 

Pour écouter l’audio de cet entretien entre Romain Cartier et Margaux Thiery :

 

 

Stéphanie Marpinard

Après avoir évolué pendant 10 ans au sein d'un groupe spécialisé dans les médias étudiants, l’orientation professionnelle et la gestion de carrière, en tant que rédactrice en chef adjointe, Stéphanie Marpinard a choisi de travailler à son compte et collabore depuis à différents médias. Ses domaines de prédilection sont entre autres l'immobilier, l'emploi et les ressources humaines.

A lire également
Ne manquez pas aussi
Attik images
Du même auteur
Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne