TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Obtenir un mandat exclusif : la confiance, sinon rien ! », Nicolas Caron

Publié le
Publié le
Réagir 1 réaction
1 056
Evaluer cet article

A qui confier un mandat exclusif si ce n’est à l’agent qui nous inspire le plus confiance ?

photo : confiance et mandat exclusif - JDA

Obtenir un mandat exclusif est le premier objectif d’un agent immobilier. Le premier dans la chronologie de sa relation avec le vendeur, mais aussi le premier dans la hiérarchie de ses différentes priorités, car il garantit à la fois un meilleur confort de travail et un taux de transformation beaucoup plus important.

La formation d’un nouvel agent immobilier passe donc inévitablement par l’apprentissage des méthodes, des arguments et des techniques pour convaincre les vendeurs de signer ce fameux mandat exclusif et surmonter leur préférence naturelle pour le mandat simple.

Je suis bien entendu convaincu de l’intérêt de bien maîtriser les techniques de vente pour obtenir un mandat exclusif. C’est le minimum qu’on puisse attendre d’un agent immobilier. Mais attention, la clé déterminante ne réside pas dans telle ou telle méthode ou dans tel ou tel argument. La question primordiale, la seule qui vaille, est de savoir si oui ou non votre vendeur se sent suffisamment à l’aise pour vous confier ses intérêts. Tout le reste est accessoire. Soit, vous inspirez confiance, soit ce n’est pas le cas, et dans ce cas, même les meilleures techniques de vente ne pourront rien pour vous.

Inspirer confiance est quelque chose de difficile à définir. C’est ce sentiment qui flotte dans l’air, cet effet de halo positif dont l’agent immobilier bénéficie aux yeux de son interlocuteur et qui rend les choses beaucoup plus faciles. Plus faciles pour l’agent, bien entendu, mais aussi plus faciles pour le vendeur qui est beaucoup plus à l’aise pour décider de travailler avec une personne en particulier.

Il est difficile de donner une méthode pour inspirer confiance, mais je vous propose tout de même quelques repères, quelques « cases à cocher », pour vérifier si vous faites, ou non, ce qui compte vraiment, pour donner envie au vendeur de vous faire confiance…

Avant le premier rendez-vous

Avez-vous fait le cours Florent ?
Si oui, vos talents de comédien vous permettront peut-être de faire illusion. Dans le cas contraire, faire le nécessaire en amont du rendez-vous sera une bien meilleure façon d’illustrer votre professionnalisme. Toute la question est de savoir à quel niveau vous allez placer la barre. Qu’allez-vous faire en amont du rendez-vous pour être certain de rassurer grâce à votre niveau de connaissance du secteur, de la rue, de l’immeuble… Quelles sont les références, les points forts sur lesquels vous allez vous appuyer ? Bref, quel investissement êtes-vous prêt à faire en préparation du rendez-vous pour pouvoir démontrer de façon tangible, que vous êtes vraiment le meilleur professionnel pour commercialiser ce bien en particulier ?
Qu’allez-vous faire pour que votre vendeur puisse constater que vous avez déjà commencé à travailler pour lui avant même de le rencontrer ? Il n’y a rien de magique dans tout cela, mais la différence entre deux agents commence par là. Les meilleurs sont toujours ceux qui font ce que les autres n’ont pas le temps de faire.

 

 

Pendant le premier rendez-vous

Préférez-vous les gens généreux ou plutôt les pingres ?
Préférez-vous les gens centrés sur eux-mêmes et leurs objectifs ou plutôt ceux qui s’intéressent sincèrement aux vôtres ?
Eh bien, vos vendeurs sont comme vous. Ils n’ont aucune envie de rencontrer des gens qui mesurent, soupèsent, évaluent chaque conseil donné, chaque information ou encore chaque « avis de valeur » en fonction de la probabilité ou non d’obtenir le mandat exclusif. La confiance passe aussi par la générosité.
Alors bien sûr, certains diront que la générosité peut provoquer des déceptions. D’autres vous rappelleront qu’ils ont déjà donné des conseils très pertinents à des gens qui ont fini par vendre seuls ou travailler avec un autre agent. Si cela vous est déjà arrivé, je peux parfaitement comprendre votre frustration, mais doit-elle justifier de changer votre état d’esprit et de vous méfier de tous les vendeurs ? Votre succès viendra du nombre d’affaires que vous réaliserez dans la durée, pas de la rancœur vis-à-vis du comportement de tel ou tel individu. Mieux vaut inspirer confiance et être déçu de temps en temps que le contraire…

Après le premier rendez-vous

Si votre vendeur souhaite encore réfléchir avant de vous confier l’exclusivité, ce que vous ferez après le premier rendez-vous est également très important pour consolider ou anéantir la confiance que vous souhaitez lui inspirer. Par exemple, si vous vous êtes engagé à fournir des éléments complémentaires, le plus vite sera le mieux ! Et puis, au-delà de la promptitude, donner plus d’informations que ce qui a été promis n’est pas une faute lourde…C’est aussi une bonne façon de se démarquer par ses actes et ainsi de continuer à faire la différence par rapport à ceux qui pensent encore que la « tchatche » et les promesses suffisent pour convaincre.

Pour finir, je citerai une phrase hautement poétique que j’ai trouvée dans l’ouvrage d’un soi-disant expert du marché immobilier : « L’agent immobilier ne doit pas laisser place aux émotions. Il travaille pour faire rentrer des mandats, il réalise des visites et signe des transactions, mais il ne donne ni son avis, ni son sentiment ».
Je pense exactement le contraire. La vente ou l’achat d’un bien immobilier est toujours un évènement important dans la vie d’une personne. Il est parfaitement légitime que les émotions se bousculent, que les hésitations succèdent aux certitudes, que l’assurance laisse place à la crainte. Le rôle de l’agent immobilier est crucial pour rassurer, pour rationaliser les choses et ceci est impossible sans la confiance. C’est elle qui ouvre toutes les portes, en commençant par celle du mandat exclusif.

 

Nicolas Caron

Nicolas Caron est auteur et conférencier en performance commerciale. Il a commencé sa carrière par la vente de produits financiers dans des filiales spécialisées de deux grands groupes bancaires.
Il s’est ensuite consacré au métier du conseil et de la formation commerciale. Il a lui-même formé des milliers de vendeurs et organisé le déploiement de centaines de projets de formation.
Ses trois derniers ouvrages Lève-toi et Vends!, Lève-toi et Prospecte! et Lève-toi et Négocie! sont en tête des ventes de leurs catégories depuis leurs sorties respectives. Ils sont aussi les bases des trois conférences éponymes qui sont animées à l’occasion de conventions commerciale, séminaires d’entreprises et autres Kick-off de rentrée commerciale.

A lire également
Ne manquez pas aussi
FNAIM
Du même auteur
Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Century 21
Sur le même thème
Vos réactions
  • Par Duchemin, il y a 5 mois

    Enfin, voilà ! Exactement. Et si tous les pros pensaient et agissaient ainsi, on n’aurait jamais eu cette sulfureuse réputation qui nous colle aux basques.
    Ce comportement, il faut l’avoir d’abord pour soi, parce qu’il nous correspond. Et les relations de confiance dans le boulot, paient de tous les efforts. C’est un immense confort pour tous que de travailler dans un tel climat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne