TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Pourquoi le crédit bancaire est-il dans la crise ?

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
795
Evaluer cet article

Reconnaissons que nous sommes dans un cycle de crise du crédit, tant conjoncturel que structurel. La sortie de crise fait planer une incertitude particulièrement désagréable.

photo : Eviction of person for non-payment of mortgage. Loss of home.

La nature humaine est ainsi faite que l’installation dans le confort a une fâcheuse tendance à occulter les qualificatifs fondamentaux qui prévalent à une situation exceptionnelle. Exceptionnel ! C’est un terme que nous avons tous employé pendant 3 années pour commenter les volumes de ventes de biens immobiliers et les volumes de production de crédit immobilier. Exceptionnel tout autant était le niveau des taux d’intérêt, lorsque la Banque Centrale Européenne s’est enfoncée dans la jungle inconnue du refinancement en taux négatifs. Donc, forcément, le retour à une certaine normalité dispense une impression brutale de repli.

 

Si toutes les crises sont différentes, les cycles postérieurs sont assez semblables

Il serait inutile, car forcément erroné en raison des contextes radicalement différents, de remonter au-delà d’une trentaine d’années. Néanmoins, si on prend les périodes où le crédit au logement s’est écroulé, on note une réelle similitude dans le comportement des marchés et des acteurs.

  • Phase de déni : les conditions d’octroi des prêts se tendent. Cela réduit la capacité d’emprunt des candidats à l’accession. Le nombre de refus augmente et les vendeurs, sauf urgence de situation, se refusent à ajuster leurs prix. Les acheteurs potentiels essaient de négocier, mais diffèrent leur projet.
  • Phase de crispation : les conditions d’octroi ne se détendent toujours pas, voire s’aggravent. Les prêteurs commencent à redouter un alignement à la baisse des prix des biens, et réclament davantage d’apports personnels. Ce sont désormais les ménages en mal de liquidités ou avec un projet non urgent qui se retirent du marché de la demande. Les vendeurs ne souhaitent toujours pas ajuster la valeur de leur bien, et retirent l’offre du marché.
  • Phase de résignation : le niveau de prix s’ajuste finalement sur la capacité d’emprunt des acheteurs. Dès les premiers signes, les banques reviennent capter des nouveaux clients, et la concurrence renaît. Cette phase peut s’illustrer avec un rebond fort ou une reprise progressive.

 

En quoi cette crise est-elle différente ?

Les circonstances qui ont conduit au crédit crunch actuel sont très particulières, et surtout leur empilement est impressionnant. À défaut d’éviter la bascule, on aurait pu adoucir la violence du changement.

L’appétence des ménages français demeure forte. Et pourtant le nombre de propriétaires depuis ces vingt dernières années, s’il a augmenté en nombre absolu, n’a pas vraiment bougé en relatif. Non du fait de la réticence des banques, mais parce que l’absence de planification du logement a produit une pression sur les prix. La capacité d’achat a donc été portée par la capacité d’emprunt. Les banques ont énormément prêté à des conditions très basses.

Or, les banques françaises prêtent aux ménages à taux fixe. Ce qui fait que les encours dans les bilans des banques ont gonflé à un taux moyen bas, tandis que l’éventualité d’une remontée des taux sur le marché faisait entrevoir un risque de refinancement. Dès lors, les autorités de régulation et les autres organisations parallèles ont décidé de brider le système.

Sont venus s’ajouter les éléments contextuels de la guerre russo-ukrainienne, provocant une résurgence de l’inflation, tant espérée mais ensuite difficilement contrôlable. Il ne faudrait pas non plus oublier les conséquences de la crise sanitaire et ses effets sur les échanges internationaux.

À tous ces motifs, s’ajoutent des éléments structurels forts pour le secteur bancaire et financier et pour le marché du logement. On citera, entre autres, l’avènement des nouvelles technologies dans le traitement des données et dans la digitalisation des contrôles et du conseil ou de la vente. On peut ajouter la concurrence internationale débridée sur les marchés financiers, l’émergence de mastodontes non financiers grignotant des parts de marchés sur des activités connexes mais lucratives des banques, ou encore le délaissement (parfois contraint) d’investissements dans des secteurs d’activité jusque-là bénéfiques…

Ces bouleversements ont pour conséquence de rogner la rentabilité des banques. Dans ces conditions, l’obligation de réduction de la prise de risques a dicté les autorités bancaires mais aussi les banques les plus sensibles à ces facteurs.

 

« Le retour à une certaine normalité dispense une impression brutale de repli. »

 

Le retour des beaux jours est affaire de tous

Si les explications du constat peuvent paraitre sombres, la réalité l’est nettement moins.

D’une part parce que, par essence, le système bancaire n’est profitable qu’en finançant l’économie et que dans les économies des pays occidentaux, le poids du logement est important. Au-delà donc des annonces politiques pouvant faire croire parfois à un sabordage socio-économique de la chaîne de l’immobilier, il y aura prise de conscience des effets durables et dangereux d’un non-soutien public.
D’autre part, les effets de l’inflation causée par la mondialisation vont s’atténuer par les mêmes causes de la mondialisation.

Ensuite, si l’attitude « fermée » des prêteurs a pu être jugée brutale et violente, le système bancaire a une capacité d’adaptation forte, et la mutation organisationnelle des investissements va impacter favorablement les envies de retourner à la conquête des marchés de la consommation.

Enfin, parce que les entrepreneurs français ont une capacité d’adaptation forte.

Les professionnels de l’immobilier ont entamé leur part du travail en raisonnant les vendeurs. Les banquiers ont entamé leur mutation. Les acheteurs ont révisé leurs prétentions. Posons-nous la question de savoir si acheter un bien en étant persuadé que cela prendra de la valeur, à des conditions financières rendant l’argent si facile, et sans avoir préparé un investissement qui demeure encore très souvent un projet de vie, était durable.

 

 

Bruno Rouleau

Bruno ROULEAU ex Président de l'APIC. Diplômé du CNAM dans le domaine bancaire, il a exercé durant 20 ans au sein de 4 groupes bancaires, où il a occupé toutes les fonctions opérationnelles sur les marchés du Particulier, du Professionnel et des PME. Il a ensuite rejoint l’enseigne de courtage en crédits In&Fi Crédits pendant 5 ans, avec la fonction de Directeur Associé, en charge de la Formation, de l’Assistance et des Partenariats, et a créé In&Fi Crédits Pro et l’IFIB (Institut de Formation des Intermédiaires de Banque) aux côtés de Pascal BEUVELET. En 2010, il rejoint le Comité de Direction Générale, puis le Comité Exécutif de CAFPI, en charge des Grands Accords commerciaux du groupe et de l’Organisation Interne. Il a créé MUTANS CONSULTANTS en septembre 2015, cabinet de formation et de conseil qui accompagnait les entreprises et les réseaux dans leur virage digital, et notamment pour optimiser leur mutation dans la gestion de la Relation Client. Revenu dans le monde du courtage en 2018, il a d’abord retrouvé IN&FI Crédits comme Directeur des Partenariats et porte-parole, avant de passer chez La Centrale de Financement comme Secréta ire Général, et est désormais porte-parole et Directeur de la Stratégie et de l’Innovation chez AFR Financement.
La référence des pros de l’immobilier enfin chez vous !
En savoir plus

A lire également
Du même auteur
Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne Abonnez-vous
Découvrez nos formules d'abonnement