Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Nullité du mandat pour défaut de mention du nom et de la qualité de l’agent commercial », Caroline Tomasi-Serre, avocate au Barreau de Paris

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
6 403
Evaluer cet article

A défaut de mention du nom et de la qualité de l’agent commercial représentant l’agent immobilier dans le mandat, celui-ci est nul et prive l’agent immobilier et l’agent commercial des honoraires prévus.

photo : Successful male entrepreneur signing contract agreement, bank loan form.

C’est précisément ce qu’a considéré la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 12 novembre 2020 (Civ. 1, 12 novembre 2020, n°19-14.025 et 19-14.112).

En l’espèce, une société civile immobilière confie à une agence immobilière un mandat non exclusif de vente, lequel est signé par l’intermédiaire d’un agent commercial de l’agence.

Le bien ayant été vendu, l’agence immobilière met en demeure sa mandante de lui verser la somme de 206.480 euros correspondant au montant de ses honoraires puis l’assigne en paiement.

En défense, la société mandante invoque la nullité du mandat au motif que le nom et la qualité de l’agent commercial n’étaient pas mentionnés dans le mandat.

La Cour de cassation retient l’argumentaire de la société mandante et rappelle que :

La Cour de cassation retient ainsi qu’ «il résulte de ces dispositions d’ordre public, qu’à défaut de mention, dans le mandat, du nom et de la qualité de la personne habilitée par un titulaire de la carte professionnelle à négocier, s’entremettre ou s’engager pour le compte de ce dernier, cette convention est nulle. »

La Cour rappelle par ailleurs que l’annulation du mandat de vente prive l’agent immobilier et l’intermédiaire de la rémunération prévue au mandat.

Il convient toutefois de rappeler que, d’une part, il s’agit d’une nullité relative que seul le mandant peut invoquer (Ch. Mixte, 24 février 2017, n°15-20.411).

D’autre part, la nullité peut être couverte par la ratification ultérieure par le mandant des diligences effectuées par l’agent immobilier (Civ. 1, 20 septembre 2017, n°16-12.906).

 

Caroline TOMASI-SERRE

Caroline Tomasi-Serre, avocate au Barreau de Paris, est diplômée du Master II de Droit privé général de l’Université Paris II (Panthéon-Assas) où elle est désormais chargée d’enseignement.
Après avoir exercé au sein de cabinets d’avocats de premier plan, Caroline Tomasi-Serre a créé sa propre structure afin de développer une pratique qui lui ressemble et de mettre son expertise et son énergie au service de ses clients.
Elle intervient principalement en droit immobilier ainsi qu’en droit des contrats, tant en conseil qu’en contentieux devant l’ensemble des juridictions nationales.

Caroline Tomasi-Serre
10, rue Frochot 75009 Paris
01.83.62.55.09
http://www.cts-avocat.fr/
cts@cts-avocat.fr

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne