Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Dites adieu à la culpabilité et osez dire “Non” ! », Sophie Chastanet Coach commercial immobilier

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 228
Evaluer cet article

La culpabilité est une émotion désagréable, mais universelle et humaine. Les professionnels de l’immobilier sont confrontés à la difficulté de dire « Non », suivez les 3 conseils de Sophie Chastanet pour apprendre à dire “Non” sans culpabiliser.

photo : Business female says no

Je culpabilise pour presque tout. Je culpabilise de ne pas arriver à tout faire, je culpabilise de ne pas avoir prospecté aujourd’hui, je culpabilise de ne pas avoir passé suffisamment de temps avec mes enfants, je culpabilise d’être arrivée en retard, je culpabilise d’avoir loupé mon rendez-vous… La liste est longue et je pourrais écrire cet article rien qu’avec des exemples. Mais la pire des culpabilités est longtemps restée celle de dire “Non”. Négociateurs en immobilier, ne vous sentez plus coupable. Ne vous sentez plus coupable de vous affirmer et de dire « Non », car cela est bénéfique pour votre santé mentale ! Voici comment faire !

Culpabilité définition

Larousse définition, culpabilité (nom féminin) : 

  • État de quelqu’un qui est coupable d’une infraction ou d’une faute.
    Exemple : Établir la culpabilité d’un accusé.
  • Sentiment de faute ressenti par un sujet, que celle-ci soit réelle ou imaginaire.

 

Le sentiment de culpabilité résulte souvent de la transgression d’une loi ou d’une règle morale, comme mentir, faire souffrir, poser un lapin… Il génère alors de l’angoisse, de l’embarras, voire de la honte. S’ensuit souvent une perte d’estime de soi. 

Pourquoi culpabilisons-nous ?

Une émotion essentielle…

La culpabilité est une émotion désagréable, mais universelle et humaine. Tout le monde ressent de la culpabilité. Et elle s’avère aussi essentielle que la colère, la peur ou encore la joie. Pour cause, elle nous permet de prendre conscience de nos actes et des conséquences de nos actes. Elle nous signale lorsque nous avons commis une faute ou transgressé nos valeurs, que cette faute soit réelle ou non d’ailleurs. Car notre ressenti à lui seul ne nous permet pas de distinguer la faute réelle de la faute fantasmée. C’est pourquoi, la culpabilité est souvent trompeuse.

… mais souvent trompeuse

Se sentir coupable ne signifie pas être coupable. Par exemple, se sentir coupable de ne pas avoir obtenu un mandat, se sentir coupable de prendre des vacances ou encore se sentir coupable de dire “Non”. Et pour cause, nous percevons tous le monde au travers de nos propres filtres, de nos propres croyances morales… Ces prismes nous convainquent d’avoir mal agi. Or, cette violation d’une règle morale n’existe parfois qu’à l’échelle de l’individu, que dans notre système de valeurs. 

Sur le long terme, la culpabilité peut alors avoir un effet paralysant et créer un sentiment d’impuissance… Nous n’osons plus affirmer nos émotions, nos envies, nos besoins. Nous n’osons plus dire “Non” de peur de blesser l’autre… Mais si la seule chose dont nous puissions être coupables était finalement de ne pas assumer nos désirs ?

3 conseils pour apprendre à dire “Non” sans culpabiliser

Je vous rassure tout de suite : il est possible de se libérer de la culpabilité. Pour cela, il suffit de travailler sur vos croyances limitantes, vos schémas de pensées. Mais aussi d’apprendre à vous connaître et à vous estimer, surtout. Car s’affirmer nécessite de se respecter suffisamment pour se donner des droits face aux autres (droit de s’exprimer, de contredire, de répondre, de demander…).

1/ Reconnaître sa culpabilité

Reconnaître l’existence de votre culpabilité, c’est déjà vous en détacher. Car reconnaître votre culpabilité, c’est en comprendre la cause. En répondant à la question “De quoi suis-je coupable ?”, vous pourrez ouvrir les yeux sur le caractère réel ou fantasmé de votre sentiment de culpabilité.

2/ Changer de perspective

Pour mieux comprendre si votre culpabilité est réelle ou fantasmée, mettez-vous à la place de votre interlocuteur ! Mieux, à la place d’un ami qui aurait vécu la scène. Avoir dit “Non” a-t-il eu un impact négatif sur lui ? Ou au contraire, est-ce un mal pour un bien (vous orientez votre interlocuteur vers un meilleur prestataire, vous lui faites gagner du temps et de l’argent…) ?

Et pour vous, au-delà du sentiment de culpabilité, que ressentez-vous ? Êtes-vous soulagé d’avoir dit “Non” ? Est-ce justement cela qui vous culpabilise ? Est-ce un sentiment légitime ?

3/ Apprendre de ses actes

La culpabilité était-elle fantasmée ? Si oui, apprenez à reconnaître ces situations pour vous détacher du sentiment de culpabilité qui vous envahissait jusqu’alors. D’ailleurs, la culpabilité n’est saine que lorsqu’elle est éphémère. Tenter de refaire l’histoire ne vous apportera rien, excepté un schéma de pensée paralysant. 

C’est comme pour tout, le principal est de commencer une fois et vous verrez le sentiment de satisfaction énorme qui en découle. Vous êtes capable de dire “Non” sans culpabiliser !

Sophie Chastanet

Sophie CHASTANET, Coach pour les commerciaux en immobilier
Depuis 2017, Sophie accompagne les commerciaux et responsables en immobilier dans leur réussite et leur épanouissement professionnel et personnel. Pour ce faire, elle travaille avec eux sur leur mindset, leur relation à l’argent et leur stratégie de prospection.

Si elle est aussi compétente dans son domaine, c’est qu’elle connaît tout particulièrement la réalité du terrain. En effet, elle a été agent commercial en immobilier durant six ans avant de créer sa propre agence immobilière en 2010.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne