Invité de Bernard Cadeau à la première édition de l’ORPI LAB, le candidat à la primaire ouverte de la droite et du centre a présenté ses propositions en matière de politique du logement.

photo :

L’immobilier, et plus largement le logement, est un levier incontournable de la relance de la croissance et de l’économie. C’est pour intégrer ce thème au débat public qu’ORPI a organisé, 10 octobre, la première édition de l’ORPI LAB.

En vue des grands enjeux de 2017, l’ORPI LAB est l’occasion pour les candidats à la présidentielle de présenter leur vision de la politique du logement et la place qu’ils lui accorderont.

Pour interagir avec ces candidats, un public composé à la fois d’experts -agents immobilier, représentants d’organisations, d’institutions, d’associations et de fédérations, syndicats du secteur- et d’un panel de Français, propriétaires et locataires, sélectionnés par l’Institut Opinion Way.

Nicolas Sarkozy a inauguré  le concept ORPI Lab lors d’un échange animé par Bernard Cadeau, Président du Réseau ORPI, et Stéphane Moquet, Délégué Général.  « Aujourd’hui, nous attendons de la classe politique de la stabilité dans notre domaine, il faut une logique économique globale »,  Bernard Cadeau, Président d’ORPI.

Nicolas Sarkozy veut une aide à l’apport

Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite et du centre, a été interrogé par le public sur différentes thématiques : l’accession à la propriété, le logement social, le mal logement, l’encadrement des loyers, la taxation des plus-values, la solvabilité…

Nicolas Sarkozy a évoqué la production de plus de logements, la suppression des droits de succession jusqu’à 400 000€, et, plus largement, la simplification de dispositifs fiscaux voués à faciliter les investissements dans la pierre.

Il a également présenté une mesure phare pour réguler en profondeur le marché du logement en France.  Que prévoit le dispositif ? Pour faciliter la primo-accession des classes moyennes, l’Etat garantira aux primo-accédants auprès des banques un prêt à hauteur de 10% du montant total d’achat, sous conditions de ressources et d’un prix maximum d’achat. Le but : pallier le manque d’apport personnel et inciter les banques à octroyer davantage de prêts.

Pour retrouver les moments forts

du premier ORPI LAB

cliquez ici 

Pour clore cet échange, Nicolas Sarkozy a rappelé sa profonde conviction sur la valeur de l’investissement immobilier : « l’investissement le plus sûr, c’est l’investissement dans l’immobilier. L’avantage de l’immobilier, c’est qu’il y aura toujours de la demande et, en plus, cela oblige à épargner en remboursant chaque mois des mensualités à sa banque plutôt qu’en payant un loyer. »

Cet article vous a été :
Bernard CadeauNicolas Sarkozy
orpi
Réagissez
Réagir
0
réaction
Dans la même rubrique
Soyez le premier à réagir sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *